Cameroun – Au pays des Lions Indomptables

Cameroun-une

Dans l’article du jour, je souhaite partager avec vous mon voyage au pays des Lions Indomptables : le Cameroun. Une première pour moi car ce fut mon premier voyage sur le continent Africain et j’espère que ça ne sera pas le dernier …

Il faut se l’avouer en général, le Cameroun ne fait pas partie des premières destinations africaines si l’on souhaite visiter un pays d’Afrique. C’est bien dommage !

Mais avant de vous raconter mon séjour de 10 jours au “Kamer” (comme les Camerounais l’appelle), je vais vous parler très brièvement d’histoire-géographie (promis ça ne sera pas long).

Cameroun, l’Afrique en miniature

Le Cameroun est un pays d’Afrique centrale et occidentale. Il est entouré par pas moins de six pays africains (le Tchad, le Nigéria, le Tchad, la République centrafricaine, le Gabon, la Guinée équatoriale et la République du Congo).

Yaoundé est la capitale politique du Cameroun. Tandis que Douala est la capitale économique, d’ailleurs sa localisation attire les entreprises afin d’y installer leurs sièges sociaux, grâce à la proximité du port qui est l’un des plus importants d’Afrique occidentale.

carte-cameroun

Doté d’une superficie de 475 442 km² et d’une population de plus de 20 millions d’habitants, le Cameroun compte plus de 250 ethnies qui vivent en parfaite harmonie.

C’est pourquoi le Cameroun est un parfait exemple du terme “bien vivre ensemble” ce qui devrait inspirer des pays occidentaux mais aussi des pays africains en proie à des guerres civiles.

En plus, ce pays est un melting-pot de cultures, de langues locales, de traditions et de religions et cette formidable diversité se mêle à des paysages très variées ce qui lui vaut le surnom “d’Afrique en miniature”.

Après avoir été colonisé par les Allemands, les Anglais puis ensuite les Français, le Cameroun accède à l’indépendance en 1960. Et en 1961, une partie du territoire camerounais intègre l’administration anglais. De ce fait, les langues officielles sont le français et l’anglais.

Mon arrivée à Douala

A mon arrivée à l’aéroport de Douala, un chauffeur m’a emmené au centre ville de Douala. Sachez qu’il est impossible d’aller à Douala sans voir des moto-taxis et comment dire … Je fus surprise d’en voir autant.

embouteillage

En effet, le “ben-sikin” (ndlr moto-taxi) est un moyen de transport très populaire au Cameroun. Créant souvent des embouteillages monstres aux abords des routes. Il n’est pas rare de les croiser grouillant dans tous les sens, doublant par la gauche, grillant des feux rouges, prenant les voies express ou autres. A vrai dire, ils ont une vision bien à eux du “code de la route”. Ils me font penser à un essaim d’abeilles s’envolant dans tous les sens.

bensi-kins-1

Note personnelle à moi-même : je ne conduirai jamais au Cameroun car je ne pense pas avoir la vigilance que les chauffeurs de voiture ont là-bas …

Il y a aussi des marchands de produits variés (essentiellement des fruits et des légumes) alignés au bord de la route de Douala.

marchande

Durant le trajet, j’ai pu voir certains quartiers de Douala comme Deido avec son fameux rond-point.

rond-point

Le quartier Aqwa, le coeur commercial de Douala, où on y trouve de nombreux magasins divers et variés, des vendeurs à la sauvette et des supermarchés par exemple.

Akwa

Mais aussi des quartiers plus chics comme le quartier de Bonapriso où des nombreux expatriés ont élu domicile. C’est le plus beau quartier de Douala qui regorgent de nombreuses villas surélevées toutes  plus grandes les unes que les autres.

Binaopriso

Aux détours des allées, vous pouvez y trouver le marché des fleurs de Bonapriso.

marché-aux-fleurs

marché-des-fleurs

Arrivée à destination, j’ai tout de suite été mise dans l’ambiance : bananes plantains, riz, poisson braisé et sauce tomate… Je peux vous dire que c’était excellent !

poisson

Mais aussi le “ndolé-miondo”, au premier aspect ça ne paraît pas appétissant mais qui dit visiter un pays dit également goûter aux plats locaux car qu’elle est l’intérêt de visiter un pays avec une histoire et une culture si on ne sort pas de sa zone de “comfort”.

miondo-dolé

Le ndolé-miondo est une spécialité du peuple  Sawa et il est très apprécié au Cameroun. Mais le ndolé-miondo, késako ? Le ndolé est un mélange de légumes (feuilles Ndolé) cuisinées aux arachides bouillies puis écrasées auquel sont ajoutées des épices et de l’huile, avec des crevettes, du poisson séché ou de la viande. Et le miondo (ndlr bâton de manioc) est féculent de manioc écrasé et cuit dans des feuilles filiformes de bananier.

Mais pour les adeptes de viande, vous ne serez pas en reste : poulet DG (la recette est en ligne ici), soya (brochettes de viande grillées) très apprécié des touristes, et j’en passe …

Poulet-dg

soya

Durant mon séjour, j’ai l’impression d’avoir passé 60% de mon temps à manger tellement la cuisine camerounaise est délicieuse.

Si vous comptez surveiller votre ligne en vous restreignant de certains aliments ce n’est pas un endroit pour vous, la cuisine camerounaise est certes grasse mais excellente. D’ailleurs les meilleurs poissons je les ai mangé au Cameroun.

Mais ce n’est pas tout… A la tombée de la nuit, cette ville frétille de monde où se mêle les sons des boîtes de nuits, l’ambiance des bars animés et des restaurants. Douala est une ville qui ne dort pas !

Petit détour à Yaoundé

Et la capitale administrative dans tout ça ? Eh bien ce que j’ai remarqué tout de suite c’est l’absence de ben-sikins mais aussi les routes qui sont mieux entretenues que celles de Douala.

route-Yaoundé

Etant donnée que c’est à Yaoundé que se trouve les plus grandes administrations.

administyratio

Ainsi que la cathédrale de Yaoundé, le siège de nombreuses banques et l’hôtel Hilton par exemple.

cathédrale-de-Yaoundé

banques

hilton

Puis ensuite, petit détour au village Mvog Manga.

Village

Où l’on y retrouve des habitations traditionnelles avec des toits en tôles.

maison

Pour la petite histoire, une hélice a été retrouvé dans le village il y a longtemps suite à un crash d’avion. Maintenant cette hélice sert d’édifice au centre du village en hommage aux personnes tuées dans ce crash.

heicz

Kribi, le lieu touristique

Kribi est le coin incontournable à ne pas rater lors d’un séjour au Cameroun. En effet, c’est une ville réputée pour être touristique. Bien que j’ai pas visité beaucoup de villes au Cameroun, je trouve que cette ville est la plus jolie et elle me fait penser un peu à Saint-Pierre, une ville du nord de la Martinique.

plage-2

plage-1

Mais lorsque l’on visite cette ville, il ne faut pas surtout pas rater les chutes de la Lobé.

chute-de-la-Lobé

Il y a des restaurants près des plages et j’ai eu l’occasion d’en tester un ou deux. Et qu’est-ce que c’était délicieux ! Moi qui adore le poisson et les fruits de mer on peut dire que j’ai été servie !

poisson-kribi

J’étais au Paradis Culinaire, mention spéciales aux gambas pimentées difficile à croire mais j’ai vidé le bol de moitié (shame on me !).

crevettes

Les “excellentes” cuisinières étaient au fourneaux et ceux jusqu’à la tombée de la nuit. Chapeau Mesdames !

cuisinière

Et d’autres coins encore à visiter

Si la marche et l’aventure ne vous font pas peur, vous pouvez vous rendre au Mont Cameroun aussi appelé “Mont Fako”. Ce volcan, toujours en activité (sa dernière éruption remonte à l’année 2000),  il culmine à 4095 mètres.

mont-cameroun

Et pour les adeptes de l’écotourisme, le site d’Egobo, propose des randonnées pédestres en forêt, des balades en pirogues, la visite de l’île aux perroquets, la visite d’un sentier botanique, l’initiation à la pêche traditionnelle et pleins d’autres activités encore …

lac-Ebogo

 pirogue

fôret

Et pleins de choses à découvrir encore dans ce grand pays.

Cameroon slang

Depuis toute jeune, on m’a toujours dit que je “ressemble” à une camerounaise, béninoise ou encore à une ivoirienne … Et, j’ai pu constater que ces personnes n’avaient pas totalement tort, car je me confondais facilement dans la foule. On ne me prenait pas du tout pour une touriste sauf lorsque je me mettais à parler “ahhhh une mbenguiste” (ndlr une personne de France).

Mais je vais vous avouer que les camerounais ont beaucoup d’expressions propres à eux et difficiles à comprendre pour les non camerounais. D’ailleurs, j’étais parfois larguée lorsqu’une personne parlait en enchaînant ses fameuses expressions.

“Je wanda”, “jusqu’à que le feu sort”, “la go androïde”, “j’ai tchop le poisson braisée jusqu’àààààà”, “tu es dans le ndem”, “tu as tcha?” ….

Happy end

Je suis consciente de n’avoir visiter que les 1/3 de ce grand pays et cela en à peine 10 jours, mais dans cet article, j’ai fait le récit le plus sincère possible sur mon séjour.

Bien que la pauvreté soit présente à certains endroits du Cameroun, j’ai rencontré des personnes souriantes, accueillantes qui m’ont mis à l’aise avec beaucoup de gentillesse. La culture camerounaise est très riche et sur le point culinaire, j’ai constaté des similitudes avec les Antilles concernant les légumes utilisés sauf que la manière de les cuisiner est différente.

C’est donc un pays que je conseillerai volontiers. Mais au vu de l’actualité nos jours sur Boko-Haram, les voyages à l’extrême nord  du Cameroun sont fortement déconseillés aux touristes.

Et vous, si vous avez la possibilité de visiter un pays d’Afrique, lequel choisiriez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Captcha *