Mama Jackson – La Soul Food made in Paris

Bureau

Dans l’article du jour, je vous fais part d’une belle découverte que j’ai faite mercredi dernier avec une très bonne amie : Mama Jackson, un bistrot situé en plein cœur de Paris et qui propose de la soul food.

Bon nombre d’entre nous connaissons la “Soul Music” grâce aux grandes divas comme Aretha Franklin par exemple ou encore “The GodFather of Soul” (ndrl Le parrain de la Soul) j’ai nommé le célèbre James Brown.

L’origine de la Soul Food

La Soul Food traduit littéralement en anglais par la “cuisine de l’âme” est une cuisine traditionnelle des afro-américains du Sud des Etats-Unis. Bien qu’elle soit encore méconnue en Europe, la soul food est très populaire aux Etats-Unis.

Le terme “Soul food” apparu dans les années 60, mais son origine est africaine. En effet, on y retrouve des aliments tels que le gombo, le maïs ou le manioc par exemple qui furent importés d’Afrique à travers la traite négrière. Et les esclaves ne manquaient pas d’imagination pour préparer des plats en fonction de ce qu’ils trouvaient ou cueillaient.

La Soul food est réputée pour être une cuisine grasse mais énergétique, ce qui était indispensable autrefois pour le mode de vie des esclaves.

Au fil du temps les recettes se sont améliorées en goût grâce aux différents condiments et épices qui ont été ajoutés par la suite et qui ont fait place à des incontournables mets tels que le fried chicken (ndlr poulet frit), le Mac and cheese (ndlr macaronis aux fromages), le coleslaw, wafles, …

L’ambiance chez Mama Jackson

Lorsque l’on franchit la porte du restaurant, on est tout de suite plongé dans l’univers un peu Motown, un peu Funk, un peu de Soul à travers un décor savamment étudié avec des touches de rappel pour l’univers afro-américain Mur-MMJsans que l’on tombe dans le “too-much” ou encore le trop simpliste. Par cette décoration il y a eu un juste équilibre pour nous amener au thème de ce restaurant.

Lorsque nous avons choisi notre table, je me suis assise à côté d’un mur entièrement recouvert d’affiches que j’ai pris en photo, des affiches de chanteurs du Motown, des rappeurs des années 90 mais aussi  du basket à l’ère de Jordan.

Sur un autre mur il y avait des tableaux, j’ai aimé l’originalité de ces tableaux car c’était des portraits d’artistes avec des citations. Il y avait même une touche humoristique où sur un tableau situé sur le comptoir où il y avait écrit “Using knife for the fried chicken ? Really ?!” (ndlr. Utiliser un couteau pour le poulet frit ? Vraiment ?!).

Mur-2-MMJ

Sans compter que des clips vidéos de rnb du début des années 2000 passaient en boucle Erykah Badu, Jill Scott ou encore l’une de mes chanteuses préférées Lauryn Hill avec le son Ex-Factor ces sons sont pour tous les inconditionnels nostalgiques qui regrettent l’époque où les chanteuses de rnb n’avaient pas à “twerker” ou à apparaître en petites tenues sur des sons sans fonds (sans jeux de mots de ma part).

Donc le ton est donné à savoir une ambiance décontractée et familiale avec une serveuse aimable et souriante. De quoi passer un bon moment avant notre petite séance de spa !

Et la cuisine dans tout ça !

Comme on dit souvent le meilleur pour la fin ! Chez Mama Jackson, la carte est évolutive bien que le plat reste le poulet frit avec des accompagnements dits “sides”  (2 sides sont compris pour un plat) et ils sont variées : Mac&Cheese (macaronis aux fromages), patates douces, waffles, pain de maïs, coleslaw (une salade de choux et de carottes), épis de maïs, bananes plantain, haricots …

Ne vous inquiétez pas les adeptes de poissons ne sont pas en reste également.

repas

J’ai commandé un cajun style blackened fish avec une purée de patates douces et des frites faites maison.

Mon-plat

Ce fut un régal, et je ne sais pas si vous pouvez jugez à l’image ci-dessus mais les quantités sont généreuses (je n’ai pas eu de place pour un dessert). Ce plat, aux produits frais, était tout simplement délicieux et légèrement pimenté juste comme il faut, moi qui ne suis pas vraiment une adepte du piment fort dans mes plats, on peut dire que ça allait. Une réussite, chapeau au cuisto !

D’ailleurs, il est arrivée que moi et mon amie chantions à tue-tête certaines musiques qui passaient parfois à l’écran tout en dégustant nos plats.

Donc pour une première, nous avons été ravies et cela m’a même donné envie d’y retourner.  Et même si ce type de cuisine a l’étiquette de “cuisine grasse”, les fondateurs du restaurant ont réussi avec brio à nous servir des plats dignes de la soul food du sud de l’Amérique mais avec une “French Touch” par une belle présentation  des plats et le côté hyper-gras en moins.

Côté prix je trouve qu’il y a un bon rapport qualité-prix pour des plats entre 15 et 16 euros il me semble. Cela reste plus que correcte au vu des quantités qui sont servies.

Je valide donc les yeux fermés et le pouce bien haut, je vous le conseille vivement !

MMJMAMA JACKSON RESTAURANT
147 rue de Charenton, Paris 75012
Ouverture du mardi au dimanche

PS : je précise que cet article n’est pas sponsorisé et que je fais part de mon ressenti uniquement.

2 Commentaires

  1. Anonyme
    28 août 2016 / 21:33

    Super! j’y ferai un tour

  2. Myriam
    19 septembre 2016 / 15:52

    je confirme, j’y suis allée est je suis totalement d’accord…. Pour ma part j’ai pris un burger au filet de poulet (sauce moutarde-miel, salade de coleslaw..) et frites maison qui été hyper bon et pareil je n’ai pas put prendre de dessert. C’est certain j’y retournerai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Captcha *