“A Seat at the Table” : the Black celebration !

solange-2

Un samedi matin, les premiers rayons de soleil commencent à apparaître. Je suis allongée sur le canapé du salon, pensive. Quel sera le prochain article de ma rubrique “Mes Afro découvertes” ?

Je n’aime pas réfléchir trop longtemps sur les sujets de mes prochains articles du blog. En effet, en débutant ce blog je me suis toujours fixée une règle : si un sujet m’inspire j’écris un article, sinon je ne fais rien.

Me forcer à écrire un article très peu pour moi, tout est une question de feeling … Et de temps !

Tout en me posant cette question, je me laisser bercer par le son Cranes in the sky qui résonne dans tout le salon. Ce son m’apaise, je trouve que cette chanson à la particularité d’avoir une instru rythmée sur laquelle la voix douce et puissante de l’artiste se pose à la perfection.

Tiens c’est décidé ! Pour cet article je ne vous parlerai pas de la découverte d’un univers musical ni d’un nouvel artiste mais bel et bien d’un album : A seat at the table (ndlr. une place à la table) de Solange Knowles Ferguson d’où le son Cranes in the sky est tiré.

Solange, une artiste hors-pair

solo

C’est en 2005 que j’ai découverte Solange la chanteuse. Grâce au titre phare I Decided tiré de son album “Sol-Angel and the Hadley St Dreams”, un son acidulé et aux sonorités pop.

Mais Solange ce n’est pas qu’une voix , cette artiste a plusieurs cordes à son arc car en plus de chanter, elle est aussi DJ, directrice artistique (pour la marque PUMA par exemple), compositrice et aussi productrice .

solo-puma

Pourtant j’ai toujours trouvé injuste qu’on lui colle en permanence l’étiquette de “la petite sœur de” Beyoncé ou qu’on la compare en permanence à sa grande sœur. Pourtant une chose est sûre, elle ne sait pas servie de la célébrité mondiale de sa sœur pour se faire un nom.

solange-beyonce

D’autant plus que Solange a un style unique et qui détonne. Elle a su le façonner au fil des années sans se préoccuper de ce qui est à la mode ou pas ni de ce qui plaît ou pas.

A seat at the table, un album engagé

album-solange

Un album surprise, sorti le 30 septembre et qui a reçu d’excellentes critiques. Il a été entièrement écrit, arrangé et coproduit par Solange, elle-même. C’est un album aux sonorités neo soul, funk avec un peu de R&B contemporain. Solange a aussi multiplié les featuring avec Common, Dev Hynes (Blood Orange), Sampha, Lil Wayne et même Kelly Rowland par exemple. Tout un programme !

La particularité de l’album ? Une écriture de l’album qui s’est étalée sur 4 ans entre le Long Island et La Nouvelle-Orléans en passant par le New Iberia et enregistré en Louisiane. Chaque chanson délivre un message de manière poétique.

D’ailleurs dès l’interlude Tina taught me, elle donne le ton :

Je pense que tout commence par le fait d’accepter qu’être noir est tout simplement beau (…). Et cela me rend vraiment triste quand on n’est pas autorisés à exprimer sa fierté d’être noirs. Et si on le fait, on est considérés comme étant anti-blancs. Or, on est simplement pro-black, et il n’y a pas de mal à cela. Parce que célébrer la culture noire, ne signifie pas qu’on rejette la culture blanche.

Oui cet album célèbre la culture noire, un message de revendication, sans avoir le poing en l’air et les blousons en cuir à la Black Panther,  mais qui reste ferme et puissant.

Pour ma part, il est rare que toutes les chansons d’un album me plaisent. Et là, Solange a fait fort ! Je suis totalement fan de toutes les chansons de l’album ! Je note tout de même mes deux chansons préférées :

  • Cranes in the Sky (ndlr. Grues dans le ciel) qui parle de recherche d’évasion, par tous les moyens, pour éviter la douleur qui la ronge

  • et Don’t Touch my Hair en featuring avec le très talentueux artiste anglais Sampha, c’est un hymne aux cheveux à l’image de l’âme

Solange a su pour ses deux clips nous transporter dans son univers où sonne sa voix douce mais intransigeante, ponctué de danse contemporaine et de paysages à couper le souffle.

En effet, j’ai été bluffée par l’esthétique quasi-parfaite des paysages à la fois lisses mais de caractères, ces chorégraphies contemporaines, sans que ça fasse too much ou pas assez.

Ainsi l’album A seat at the Table est une sorte de journal où elle nous livre ses expériences et y délivre un message fort de Black Empowerment intelligemment dosé tout en douceur et en intimité. Ainsi elle signe un retour grandiose depuis la sortie de True en 2012.

Une chose est sûre : You go Girl !

sol-go-girl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Captcha *